Décor

Entre dans ma Gloire

Après « Consens à n’être rien », qui présentait les Carnets de Marie de la Trinité de 1936 à août 1942, ce volume : « Entre dans ma Gloire » nous révèle les Carnets de septembre 1942 à 1946.

La maladie met fin à ces carnets : Marie de la Trinité entre alors dans son « épreuve de Job » (comme elle l’appelait elle-même), dans nette « nuit obscure » qui durera près de 10 ans et la conduira du cabinet des psychanalystes et psychiatres les plus réputés (comme Jacques Lacan ou Jacqueline Renaud) jusqu’aux traitements les plus barbares comme le choc à l’insuline ou la lobotomie (qui ne lui sera épargnée que de justesse).

Cette tension excessive entre les grâces intérieures et une activité accaparante se manifeste dès les premières phrases notées dans ces carnets 1942-1946 : « Je te veux oisive », puis : « Ta part est meilleure / (que de m’occuper des âmes), / elle est la meilleure / car c’est Moi qui suis ta part. »

Et dans les dernières phrases reçues en décembre 1946 : « Reste où Je te mets (dans ce chaos intérieur) / « et viens où Je t’invite (voie d’oraison et d’union). » puis « Laisse mourir et mûrir – / Laisse-toi mourir pour mûrir ».

Tension entre Dieu et le monde, entre l’oraison et l’activité qui est celle même où se perd notre époque d’angoisse et de fièvre activiste

Arfuyen - Carnets Spirituels n° 17
ISBN 2 84590 020-1
142 pages - 12 x 18,5 cm
Orbey, mars 2003 – 15,5 euros

Accédez aux Editions ARFUYEN

Top
Accueil  |  Plan du site  |  Association  |  Liens  |  Contact